Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Aller au plan simplifié  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Tourisme > Les Forges de la Hunaudière

Les Forges de la Hunaudière


JPEG - 65.8 ko
Cheminée d’affinerie
Photo jean Franco

 Le site de la Hunaudière à Sion-les-Mines

A proximité du Moulin du Pont se trouve le site des Forges de la Hunaudière dont il reste les maisons d’ouvriers, la Maison de Maître et l’imposante cheminée d’affinerie . Une visite guidée passionnera les touristes.

Une crêperie accueille les visiteurs tous les week-ends d’été. Exposition de peintures dans la « Salle des Fours » (02 40 28 45 85)

Sentier de randonnée pour faire le tour de l’étang (4 km environ)

Renseignements au 02 40 81 40 82 ou 02 40 28 41 11

 L’art de la fonderie

On peut découvrir l’art de la Fonderie -Tél 02 40 28 41 11 ou 02 40 28 94 29

JPEG - 57.9 ko
Sion-les-Mines - Fonderie

Et déguster des crêpes et galettes à « La Bonne Eloi » - 02 40 28 45 85
Chambres d’hôtes (02 40 28 45 85)


 Un peu d’histoire

JPEG - 52.6 ko
La Hunaudière - clouterie

La métallurgie est une vieille tradition du Pays de Châteaubriant. Les établissements les plus anciens datent d’avant l’ère chrétienne. Jusqu’au XVlème siècle, un grand nombre de forges ambulantes déplacées au gré des gisements et exploitées à la force des bras, existaient dans la région qui était riche en minerai de fer (à Rougé), en rivières, en forêts, qui disposait d’un gisement de calcaire (Erbray) et, à peu de distance, d’une mine de charbon (Mouzeil près de Joué-sur-Erdre).

Au XVllème siècle, apparurent des forges modernes, utilisant la force motrice de l’eau et qui s’organisaient toutes suivant le même schéma :

· le haut fourneau permettait la transformation du minerai de fer en fonte. Il était alimenté par du charbon de bois (fourni en grande quantité par les forêts voisines), les soufflets qui activaient la fusion étaient actionnés par une ou plusieurs roues à aube.

· c’est à l’affinerie que la fonte était transformée en fer. Une partie de la production était commercialisée dès la sortie de cet atelier.

· la fenderie permettait ensuite d’obtenir des barres, des baguettes, des plaques (le métal était “fendu”)

Les marchandises étaient stockées dans de grands entrepôts avant d’être expédiées sur le dos de chevaux et de mulets ou parfois sur des chars à boeufs.

Ainsi, vers 1700, notre région est devenue une grande région industrielle dans l’Europe d’alors. Principaux établissements : la Forge Neuve à Moisdon, la Hunaudière en Sion, la Blîsière en Juigné, Martigné-Ferchaud, la Poîtevinière en Riaillé. Ces grandes forges jouent un rôle majeur dans la vie économique du Pays.

Chaque forge emploie 150 à 300 ouvriers dont seulement une trentaine dans les trois ateliers : le haut fourneau, l’affinerie et la fenderie. Ces techniciens du fer perpétuent sur des générations la tradition du métier, en allant de forge en forge. Chaque famille a sa spécialité. Par exemple, les aïeux de Sophie Trébuchet (mère de Victor Hugo) sont des fondeurs de père en fils, chargés de l’élaboration de la fonte dans le haut fourneau, jugeant la qualité du minerai et dosant les matières premières. Ainsi, se sont perpetuées de véritables dynasties de forgerons.

Au XIXe siècle, les forges locales vont subsister jusque vers 1880. La métallurgie au bois s’éteint définitivement face à la concurrence des forges à “l’anglaise” qui emploient du coke dans les hauts fourneaux. Le dernier fourneau du Pays de Châteaubriant à cesser son activité est celui de la Hunaudière au début de l’année 1884.

Aujourd’hui, demeurent les sites et quelques beaux vestiges de bâtiments, notamment à la Hunaudière en Sion-les-Mines et à la Forge Neuve en Moisdon-la-Rivière.

Cette tradition se perpétue encore de nos jours Châteaubriant possède toujours des fonderies, une importante entreprise de matériel agricole et diverses industries mécaniques. Le fer est toujours extrait à la minière de Rougé.

Renseignements au 02 40 81 40 82 ou Pays touristique de Châteaubriant

Voir le fascicule : Du fer et des Forges


Ecrit le 6 juillet 2011

Le 30 juin2011, 61 enfants de classes de CM1-CM2 sont venus visiter le Parc du Plessis (fabrication d’un plessage, découverte des jardins à l’anglaise et à la française, herbier) et les Forges de la Hunaudière (les vestiges, les techniques). Renseignements au 02 40 28 94 29


 Forges and mines

Since ancient times forges and mines have worked in the region. These sites today are agreable places to visit

Enquire at the Tourist Office
Tél 02 40 28 20 90 - Fax 02 40 28 06 02
ou Pays touristique de Châteaubriant


 Reportage télé

Reportage télé : les forges du Pays de Châteaubriant - TéléNantes est montée dans le Nord, pour faire un reportage sur les Forges du Pays de Châteaubriant (Moisdon et Sion-les-Mines), en y rencontrant Gisèle Piton, Yannick Goinard, Gérard Riflet et les gars de la fonderie d’art de la Hunaudière. Une belle promenade avec des vues magnifiques en ces couleurs d’automne.