Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Aller au plan simplifié  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Poésie > Textes de "Léopold" > Crise de foi

Crise de foi



Poème contestataire (pour la venue du Pape à Paris
aux Journées Mondiales de la Jeunesse)

CRISE DE FOI

Au saint show de Longchamp,
Entre deux "jeunes" , un sabre et quelques goupillons. .
J’ai vu l’homme blanc

Sur son podium

Et sa papamobile et son hélicoptère,
Sa robe Castelbajac, ses saints anneaux, sa mitre,
Et le luxe éclatant d’une église romaine
Empruntant au spectacle des paillettes dorées,
Prêtant sa vierge croupe à la publicité,
Vendant tee-shirts, casquettes et livres de prières
Et Christ sur la Croix et Saint Paul et Saint Pierre,
Commerçant à tous vents et au sortir du Temple,
Marchandant sans vergogne le message d’en haut
Entre deux Notre Père et deux Tantum Ergo,
S’américanisant pour tout. dire, mes frères,
Révisant l’Evangile pour la gloire à Paulo

Avant que de finir
Poussière, tas d’os, charogne, avant d’être pendu...
J’ai vu l’homme blanc

Prêchi-prêcha

Et j’ai tendu l’oreille à sa voix chevrotante
Dénonçant la misère et ceux qui la génèrent,
Réclamant charité‚ et solidarité‚
Par-delà l’univers et dans le monde entier,
Formulant des vœux pieux entre Ave et Pater,
S’attaquant, pour la forme, aux inégalités,
Puis soudain remontant sur son cheval de guerre
Plaidant une fois encore contre les avortées,
Condamnant sur le champ aux affres de l’enfer,
Incitant in petto l’amour à découvert,
Avant que de bénir "Urbi, Orbi" ses frères
Et de monter serein dans son hélicoptère

Au saint show de Longchamp
Au mois d’août, à Paris, aux JMJ jolies...
J’ai vu l’homme blanc

Faire des bulles

Je n’ai pas vu Jésus, j’ai vu le Vatican
Et son représentant de commerce décadent
Je n’ai pas vu Jésus, le Juif, l’empereur des pauvres,
L’ami des opprimés et des gens de misère
Et le laveur des pieds de la Marie-Madeleine.
Je n’ai pas vu Jésus, je n’ai vu que l’homme blanc,
Invraisemblable étoile, nombril de la Terre,
Président-Directeur Général de Pinder
J’ai repris le métro seul parmi les seuls
Et je me suis enfui des JMJ jolies ;
Je n’irai plus jamais au mois d’août à Paris,
Sabres et goupillons, tant pis, Priez pour lui