Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Aller au plan simplifié  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Poésie > Nouvelles Ducoin > Le jeune homme irascible

Le jeune homme irascible



Le jeune homme irascible

Un jeune et fringant avocat
En mal d’échevinage
(On a les dents longues à cet âge)
A une consœur s’associa.
L’avocat ne plaidait guère
On ne peut être à la fois au four, au moulin, à la guerre.
Vint l’heure des comptes et du partage
La consœur, avisée et sage,
S’y rendit avec son papa.
On la disait aussi meunière ... pourquoi pas ?
Je veux tout voir, dit-elle,
Toutes les poches de l’escarcelle.
Furieux, l’avocat bondit.
Mit l’ancêtre sous séquestre,
Et jouant de dextre et sénestre
Saisit la fille aux abattis.
La demoiselle ulcérée
Montra à la Faculté
Ses ecchymoses.
La Faculté recensa la chose :
Coups et blessures,
C’est constaté, la chose est sûre.
Recours au Tribunal de Police,
Un jour d’avril quatre-vingt-dix.

Mais il faut revenir en arrière,
Parce que ce ne sont pas des manières !
Au conseil de famille réuni :
"Tu te rends compte de l’avanie,
Quand nous essayons dans l’affable,
Ça va encore faire des fables"
Dit le doyen avec furie
(Qui connaissait l’huisserie)
"Il faut réfréner ses rancœurs,
Papillonner la bouche en cœur !"
"Tu avais donc manger du lion ?"
Dit le tabellion.
"A Unico y’en avait pas"
Répondit l’avocat.
"Comment traiter l’affaire ?"
Dit le beau-frère, folliculaire.
"Bof, il suffit d’écraser"
Dit la nymphe, sachant nager.

Mais arrêtons le décalogue
Il faut passer à l’épilogue.
Report en mai, dit la Cour
Il faut peaufiner le discours,
Voir si peut-être
Un retrait, un non-lieu
N’auraient pas raison d’être,
Bref composer au mieux.
Le bon vieux De la Fontaine, pas Oskar mais Jean
Disait les tribunaux indulgents :
"Selon que vous serez puissants ou misérables"
La suite est dans la fable.

Moralité
Chassez le naturel
Il revient au galop
Mieux vaut draguer les belles
Quitte à subir leur lot.
- Jean de la Source-