Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Aller au plan simplifié  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Histoire > Quelques lieux > L’Hôtel de la Houssaye

L’Hôtel de la Houssaye

sommaire généralSommaire "Histoire"

L’Hôtel de La Houssaye fait partie du patrimoine de Châteaubriant. Il est classé à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques. Au moment du changement de propriétaire (mars 2002), il est intéressant de rappeler, à partir des archives, l’origine de cette maison qui est un bel exemple d’architecture XVIII°.

***

Au 29 Grand Rue existait depuis le Moyen-Age « La Maison des Roys » qui s’écroula le 29 février 1640, faute d’entretien. Les archives disent que :

« Le 29e jour de février 1640, tomba inopinément sur les 11 h du soir la Maison des Roys, dans les ruines de laquelle, sans parler d’elle moururent huit personnes, à savoir Thomas..... et Françoise Vincent sa femme avec Jacques....et leurs enfants - Julien Davy et Jeanne Lesveque et leur enfant, et Françoise Renault, veuve de .... (illisible)

Lesquels furent tous inhumés dans le cimetière de l’église de Béré ; à savoir les quatre derniers le premier jour de mars et les quatre premiers le...avec Perrine Aubin, fille de Pierre Aubin et d’Olive Menet- Lequel désastre a tellement donné l’épouvante aux habitants de la ville, que plusieurs ont opéré la réparation de leurs logis, pour éviter de semblables malheurs ».

Mars 1640- signé LE NOIR Doyen
Copie du registre des naissances,
mariages et décès de l’année 1640.

Le poète François Guy Le Normand de La Baguais naquit à Châteaubriant le 23 mai 1717. Il était le petit-fils de Charles François Le Normand de La Baguais, écuyer, conseiller auditeur à la Chambre des Comptes de Bretagne et de dame Agnès Thérèse D’Outremer, son épouse. Il mourut à Châteaubriant le 15 septembre 1796, dans la maison qui porte le numéro 29 de la Grand Rue, chez sa sœur Madame Hochedé de la Pinsonnais, née Catherine Le Normand de La Baguais. Il était célibataire et laissa sa sœur comme unique héritière.

Catherine Le Normand de La Baguais était née à Châteaubriant le 25 mai 1721. Elle épousa François Hochedé de La Pinsonnais, originaire de Nozay, qui mourut à Châteaubriant le 27 mars 1789. Ils n’eurent qu’une fille Victoire Magdeleine, née à Châteaubriant le 22 juillet 1760. Son oncle, le poète, fut son parrain.

***

Lorsque M. et Mme Hochedé de La Pinsonnais firent construire leur hôtel de la Grand rue, ils firent graver sur la pierre sise à droite de la porte cochère, le nom de leur fille unique, alors âgée de neuf ans.

Cette inscription est encore visible :

J. H. S.
VICTOIRE
MAGDELEINE
HOCHEDE
1769

Le 23 juin 1791 cette maison fut pillée après la procession de la Fête-Dieu ! Les propriétaires essayèrent d’obtenir réparation. Le 14 juillet 1791, M. Le Normand de La Baguais ne se sentant plus en sûreté à Châteaubriant partit pour Nantes où il avait l’intention de résider. Quatre gardes nationaux de Châteaubriant envoyés à sa poursuite s’emparèrent de lui et le ramenèrent au District de la ville. Là on déclara à M. Le Normand qu’il n’était l’objet d’aucune inculpation, mais qu’on ne laisserait pas s’éloigner tant que l’affaire de la saisie (pillage) ne serait pas réglée. Il adressa une requête au Directoire du département afin d’être autorisé à circuler librement. Satisfaction lui fut donnée le 29 juillet 1791 . On l’autorisa lui et sa famille à posséder des passeports.

La correspondance entre les autorités et Le Normand de La Baguais est une source importante de renseignements concernant en particulier le mobilier et la vaisselle de ce type de maison.

L’Hôtel de La Houssais fut vendu à la famille Davost. En 1919, il fut acheté par les Ney et Leroy.

Noëlle Ménard


Note : les Ney-Leroy installèrent dans la cour, derrière, un atelier artisanal de métallurgie qui est devenu, depuis, "RBL Plastiques". Après le déménagement de cette entreprise, et le décès des propriétaires, un certain nombre de commerces continuèrent (dont un salon de coiffure).

L’immeuble a ensuite été vendu pour y faire des logements.