[ ]
bandeau-articles
Accueil > La Résistance à Châteaubriant > c - Divers articles > Les camps du Pays Castelbriantais

Les camps du Pays Castelbriantais

 1939 - 1946, Les camps de Châteaubriant

Les camps ne sont pas une innovation de la Seconde guerre mondiale, en France par exemple, la nécessité de concentrer en un seul lieu des personnes présumées hostiles génère la création de « camps de concentration » dès 1914. Pendant les hostilités, le petit séminaire de Guérande est réquisitionné pour retenir plusieurs centaines d’Allemands, d’Austro-Hongrois et de ressortissants de l’Empire ottoman.

Les camps réapparaissent en 1937 pour héberger provisoirement des réfugiés espagnols fuyant les combats et les troupes nationalistes. Puis sans solution de continuité ou presque, ils renferment des populations très diverses jusqu’au-delà de 1945.

Le pays castelbriantais, excentré, ne commence à intéresser les autorités chargées de regrouper des populations plus ou moins « indésirables » qu’en 1939. Ensuite les installations sont utilisées jusqu’à la fin de l’année 1946, mais entre temps le camp de Choisel, le plus important, devient l’antichambre de la mort pour quelques détenus.

 Les Réfugiés espagnols

La Loire-Inférieure comme l’ensemble du littoral atlantique est une terre d’asile au printemps 1937 lorsque les troupes rebelles de Franco s’emparent du Pays basque et des Asturies. Des dizaines de milliers de personnes parviennent à fuir par bateaux, les autorités françaises organisent alors leur répartition à partir des ports, Saint-Nazaire et occasionnellement Nantes pour notre région. Les réfugiés sont envoyés vers des centres d’hébergement répartis sur tout le territoire national. En Loire-Inférieure le préfet réquisitionne les locaux vides de la caserne d’Ancenis pour y regrouper près de 700 d’entre eux.

Des associations liées aux forces du Front Populaire participent alors à l’accueil des réfugiés et le gouvernement républicain assure le rapatriement de ses ressortissants. Dans les mois suivants on trouve en permanence d’anciens miliciens espagnols en convalescence dans les colonies et les autres établissements balnéaires appartenant aux syndicats souvent parisiens. Mais au début de l’été 1938, la cohabitation d’anciens des Brigades internationales hébergés au Casino de Préfailles et des habitués de la station ne se fait pas très facilement. Il est vrai qu’à cette date le Front populaire a vécu et que le climat politique français s’alourdit lui aussi.

Quelques mois plus tard l’effondrement du front républicain de Catalogne projette près de 500 000 Espagnols en France qu’il faut répartir à nouveau sur l’ensemble du territoire. La Loire-Inférieure réouvre le camp d’Ancenis pour les hommes alors que les femmes et les enfants sont provisoirement logés dans les colonies inoccupées du littoral, quelques-unes cependant se retrouvent dans l’Intérieur, et la mairie même de Châteaubriant sert de campement à quatre-vingt-dix d’entre elles malgré les protestations d’E. Bréant.

A l’approche de l’été il faut trouver une autre solution et le sous-préfet de Châteaubriant part à la recherche d’usines désaffectées et trouve ainsi deux lieux qui sont immédiatement réquisitionnés et sommairement aménagés :

-  Des logements ouvriers inoccupés de la Société des Ardoisières d’Anjou près du village de Ruigné en Juigné-les-Moutiers

-  L’établissement de la Forge Neuve en Moisdon-la-Rivière où l’exploitation d’anciennes scories a été abandonnée

Plusieurs centaines de femmes espagnoles et d’enfants s’installent dans les deux camps à partir du 13 mai 1939.

Si leur arrivée ne semble pas poser de problème à Juigné, à Moisdon en revanche, le sous-préfet parvient à grand peine, semble-t-il, à éviter des manifestations hostiles de la population. Placées derrière des barbelés et sous la garde de la gendarmerie les réfugiées connaissent alors une vie difficile : ravitaillement, hygiène, censure des informations, absence d’école pour les enfants... Il est vrai que les autorités n’ont qu’un objectif qui est de les faire rentrer au plus tôt dans leur patrie malgré les risques. Quelques femmes réussissent à partir vers l’Amérique du Sud.

A l’automne, les deux camps sont à nouveaux vides, la minorité de réfugiés espagnols (hommes et femmes) qui se trouve encore dans la région tente de trouver un travail et des logements plus décents. Avec la guerre de nombreux hommes, toujours internés dans les camps du sud de la France, sont plus ou moins contraints de s’engager dans l’année ou bien dans des compagnies de travailleurs espagnols (CTE) envoyés partout en France remplacer les hommes mobilisés. Une telle compagnie venue du grand camp de Gurs (Basses-Pyrénées) rejoint alors Saint-Nazaire.

 Les Nomades

Les Romanichels, Gitans et Tsiganes que les textes appellent généralement nomades - tout en prenant bien soin de les distinguer des autres populations ambulantes comme les forains - forment en 1939 une catégorie sociale particulière dont le statut remonte à 1912. Leur internement qui avait été demandé en 1914, s’opère très rapidement de septembre 1939 à octobre 1940. L’action des préfets s’appuie d’abord sur les mesures d’état de siège pour limiter leurs droits à circuler ou même, purement et simplement, les expulser comme dans les départements de Maine-et-Loire et d’Indre-et-Loire en octobre.

JPEG - 1 octets
Camp de la Forge

En Loire-Inférieure, on peut proposer la chronologie suivante : en vertu de mesures secrètes préparées en avril 1938 par l’état major, des nomades d’origine étrangère (russes, arméniens, grecs et autres) résidant dans la banlieue parisienne sont expulsés loin de la capitale et des départements frontaliers en septembre 1939.

Inévitablement on en retrouve un certain nombre, quelques dizaines, dans des colonies ou des hôtels du Croisic et de Saint-Nazaire. Quant aux nomades, français ou étrangers résidant habituellement dans le département, ils sont tenus de se faire connaître et de se regrouper aux chefs-lieux de canton près des brigades de gendarmerie.

Leur espace de liberté se restreint encore en novembre 1939 avec un nouveau décret-loi du gouvernement Daladier qui généralise l’internement administratif de « tous les individus dangereux pour la défense nationale et la sécurité publique ». Le préfet maritime invoque immédiatement ce décret-loi pour chasser les nomades étrangers du littoral (zone de guerre) et les assigner à résidence dans quelques centres de l’intérieur : Moisdon-la-Rivière et Juigné-les-Moutiers . (voir document 1)

Comme le propriétaire de la Forge de Moisdon veut relancer l’exploitation des scories, les nomades sont dirigés vers le camp de Ruigné. Ces nomades au nombre de 171, ne sont plus que 93 en mai 1940 dans l’arrondissement de Châteaubriant car le préfet a autorisé le regroupement de quelques familles en dehors du département. Ils ne vivent pas tous au camp de Ruigné et la gendarmerie les surveille dans leurs déplacements entre Juigné, Saint-Nicolas-de-Redon, Derval et Soudan...

Enfin le 6 avril 1940, un décret interdit à tous les nomades de circuler en France métropolitaine pour la durée de la guerre. Les nomades français ou étrangers, définis selon la loi de 1912, sont alors invités à rejoindre les quatre localités précédentes par l’arrêté préfectoral du 18 mai. Mais les évènements militaires empêchent le regroupement qui n’est véritablement exécuté qu’en octobre 1940 lorsque les forces d’occupation enjoignent aux préfets d’interner tous les tsiganes.

En Loire-Inférieure, le préfet ordonne de les concentrer au camp de la Forge où les premiers arrivent le 11 novembre 1940.

Le camp qui a une capacité de 320 places reçoit aussi des nomades venus des départements voisins, 116 en provenance du Morbihan, le 25 novembre 1940.

Le site de la Forge Neuve a été sommairement aménagé à partir des dépouilles de Ruigné par des corvées de prisonniers français « prêtés » par les Allemands ! Louis Leclercq, capitaine hors cadre, qui a assuré jusqu’à l’été la direction d’un détachement disciplinaire de troupes marocaines placées en 1939 à la minière Poorter de Rougé, se propose comme chef du camp, il va diriger les camps du castelbriantais jusqu’à l’été 1941.

L’hiver 1940-1941 se révèle particulièrement difficile pour les internés, les familles qui ont été autorisées à garder leurs roulottes (mais qui ont dû vendre les chevaux à bas prix !) s’entassent à 10 ou 12 dans des espaces exigus (3,5 x 1,8 x 1,7 m). Les internés individuels sont « logés » en dortoirs dans les vieux bâtiments de la forge qu’il est impossible de chauffer. Quant au « réfectoire », ce n’est qu’un hangar, et durant les premiers mois d’internement, chacun tente comme il peut de survivre... Une solution se présente en janvier 1941, avec le départ des derniers prisonniers français vers les stalags d’Allemagne... Le sous-préfet s’empresse de demander la mise à disposition de l’administration du camp de Choisel.

Du 27 février au 6 mars 1941, 335 romanichels sont donc transférés de Moisdon au Camp de Choisel à Châteaubriant. Ils y occupent un quartier de 11 baraquements que l’on a pris soin d’isoler par des barbelés du reste du camp prévu pour d’autres catégories d’« indésirables ». Mais au fur et à mesure que ces nouvelles catégories d’internés remplissent le camp de Choisel, la cohabitation se révèle conflictuelle et le capitaine Leclercq prend argument de la différence de statut financier des deux catégories d’internés pour obtenir la réouverture de Moisdon. En effet, les nomades, placés en camp à la demande des occupants, dépendent financièrement de l’administration chargée des frais d’occupation de l’armée allemande, alors que les autres prisonniers sont pris en charge par le ministère de l’intérieur.

En quelques mois, des améliorations substantielles sont apportées au camp de Moisdon : baraquements militaires du type « Adrian », dortoirs et réfectoire en maçonnerie, nouvelles cuisines, etc... si bien que le 7 juillet 1941, quatre mois après leur arrivée à Choisel, les nomades sont reconduits à la Forge où malgré l’ouverture d’une école tenue par un couple d’instituteurs à partir de janvier 1942 (M. et Mme Tannou), les conditions de vie se révèlent à nouveau très difficiles, particulièrement en hiver. L’état du camp apparaît « lamentable » aux différents groupes d’inspection qui le visitent en décembre 1941 (voir document 3). Le nouveau directeur du camp M. Moreau, se défend alors violemment, il nie les décès d’enfants dénoncés dans certains rapports, mais il est contraint de reconnaître que la nourriture est quotidiennement insuffisante... On envisage donc alors de transférer les nomades ailleurs mais il faut attendre le mois de mai 1942 et l’injonction des forces d’occupation qui ne veulent plus de camps dans les départements littoraux pour que le transfert soit effectif.

Le 13 mai 1942, 267 personnes dont 150 enfants sont déplacées en wagons de Châteaubriant au Mans pour rejoindre le camp de Mulsanne. A Mulsanne d’abord puis à Montreuil-Bellay (49) vont alors se concentrer tous les Tsiganes de l’Ouest de la France.

 Les prisonniers de guerre

Le camp de Choisel qui a abrité pendant quelques semaines les nomades du département constitue alors le dernier témoin du Front stalag 183 A établi autour de Châteaubriant par les forces allemandes.

Occupée dès le 17 juin 1940 la ville de Châteaubriant doit accueillir en quelques jours plus de 45 000 soldats français faits prisonniers autour de Nantes et concentrés près d’un nœud ferroviaire éloigné des grandes villes. Parqués dans un premier temps près du champ de courses de Choisel, les prisonniers sont peu à peu répartis dans des installations moins sommaires :

-  Le camp A au Moulin Roul sur la commune de Soudan, camp où l’on regroupe un certain temps plus de 7000 hommes dont les tirailleurs sénégalais,

-  Le camp B dans le marais près de la Courbetière sur la route de Saint-Nazaire dont la capacité dépasse aussi certains jours plus 7000 hommes,

-  Le camp D dans le stade de la Ville-en-Bois, sur la route de Nantes, plus de 5000 hommes

-  Enfin le camp C dans le champ de courses de Choisel sur la route de Fercé, camp qui reçoit les aménagements les plus appropriés et où sont gardés dans l’hiver 1940-1941 les derniers prisonniers avant leur transfert en Allemagne.

Les officiers français sont internés dans le collège Saint Joseph et au château qui sont eux aussi vidés de leurs occupants à la fin de l’été 1940.

La démolition des installations plus que précaires établies par les Allemands commence au mois d’août, le camp de Choisel, comme nous l’avons vu, est le seul à subsister en janvier 1941 lorsque les derniers prisonniers français sont emmenés en Allemagne et que l’administration française en reçoit l’usage.

De juin 1940 à janvier 1941, les Castelbriantais et les Associations d’Anciens Combattants (dont Léon Jost et Alexandre Fourny qui seront fusillés à Nantes en octobre 1941) rivalisent d’imagination et de risques pour faciliter l’évasion de plusieurs milliers de prisonniers. Mais au fur et à mesure des semaines, les évasions deviennent plus difficiles et les Allemands qui un certain temps acceptent de « prêter » quelques hommes pour des tâches administratives, restreignent les possibilités de sortie du camp et plusieurs soldats paient même de leur vie leurs tentatives d’évasion.

Après janvier 1941, le problème ne se pose plus dans les mêmes termes, le camp passé sous administration française et gardé par des gardes accueille des nomades et des « indésirables ».

JPEG - 176.1 ko
Camp de Choisel

 Les Indésirables

Les « indésirables » constituent alors une nouvelle catégorie sociale mise en place au cours de l’entre-deux guerres dans une atmosphère de plus en plus xénophobe et raciste.

L’indésirable c’est d’abord l’immigrant dont on a favorisé la venue dans les années vingt et que l’on veut renvoyer chez lui avec la crise des années trente, le réfugié espagnol appartient bien sûr à cette première catégorie.

L’indésirable c’est ensuite le nouveau français, le « naturalisé » que l’on soupçonne de vouloir pervertir la « race » française. Après 1927, la loi en fait un citoyen de seconde zone : interdiction de se présenter à toute élection, politique ou professionnelle, avant dix ans, puis au cours des années trente la loi lui interdit de pratiquer certaines professions (avocat, médecin...)

L’indésirable c’est ensuite celui que l’on soupçonne d’être un étranger par ses coutumes, sa « race », sa religion... On laisse entendre avant 1940 que le Front Populaire a multiplié les naturalisations d’immigrants venus d’Europe Centrale et du Proche-Orient parce que les Juifs ont tenté de regrouper leurs coreligionnaires.

Avant même 1940 on qualifie aussi d’indésirable toute personne que l’on juge indigne d’appartenir à la communauté nationale, ou qui se sépare de lui-même de cette communauté : un communiste, à partir d’août 1939, entre dans cette catégorie car il appartient à un parti dirigé de l’étranger et qui prend des positions contraires à la Nation.

L’indésirable c’est dans le même temps tout individu louche, aux activités inavouables : proxénète, avorteur, gangster, nomade aussi...

L’indésirable est donc tout à la fois l’étranger, le naturalisé, le juif, le communiste, le souteneur, etc...

L’internement au cours de l’hiver 1940-1941, de toutes ces populations, ensemble, dans les mêmes camps, sous la même dénomination, contribue encore à renforcer l’amalgame dans l’esprit des « honnêtes gens ».

Ainsi que nous l’avons vu à propos des nomades leur internement a commencé très tôt, avant même la déclaration de guerre. Le premier camp, le camp de Rieucros en Lozère est créé le 21 janvier 1939 par un décret signé conjointement par A. Lebrun, président de la République, E. Daladier, président du Conseil et A. Sarrault, ministre de l’Intérieur. Le décret fait référence aux décrets-lois du 2 mai et du 12 novembre 1938 ; des mesures secrètes élaborées par l’état-major en avril 1939 ont complété ce dispositif en envisageant l’internement de tous les étrangers de sexe masculin de 17 à 50 ans et leur embrigadement dans des unités de travailleurs... Cependant ce dernier document qui envisage déjà la multiplication des centres d’internement à travers la France n’en prépare pas l’existence concrète, ce qui explique le flou, l’improvisation complète que l’on ressent encore à Choisel au printemps 1941.

En février 1941, le camp de Choisel ouvre sous la direction du capitaine L. Leclercq (voir document 4). De février 1941 à mai 1942, 1278 personnes sont donc enregistrées sur les listes de Choisel, des personnes détenues pour des motifs très divers à la demande des autorités française, elles sont placées sous l’autorité du chef de camp et d’autres fonctionnaires dépendant du ministère de l’intérieur, et surveillées par des gendarmes dont l’armement est sévèrement contrôlé par l’armée d’occupation.

Les internés s’y retrouvent pris dans un piège qui se referme tragiquement sur certains : l’armée d’occupation y trouve tout à sa convenance quelques juifs qui sont transférés vers les camps du bassin parisien puis vers l’Allemagne, des listes de résistants internés comme « gaullistes » et enfin des otages. Les communistes qui forment le groupe de loin le plus important et le plus solidaire sont arrivés dans la première moitié du mois de mai en provenance de centres de détention de Nantes, du Croisic mais aussi d’autres centres du Nord et de la centrale de Clairvaux...

C’est parmi eux que l’on prend les otages :

-  Vingt-sept, le 22 octobre 1941, exécutés à la Sablière sur la route de Soudan ,

-  Neuf autres exécutés à la Blisière en Juigné-les-Moutiers, le 15 décembre,

-  Deux autres le 7 mars 1942, deux le 7 avril, quatre le 23 avril puis deux autres le 29 avril, tous exécutés à Nantes,

-  Entre temps, le 7 février 1942, neuf internés sont transférés à Compiègne où trois sont exécutés.

Les premiers communistes arrivent à Choisel en avril et surtout en mai 1941, les femmes en juillet. Malgré, ou plutôt à cause de la menace qui pèse sur eux, ils s’organisent et imposent leur fonctionnement au chef du camp : un responsable par baraque, un comité d’organisation aux réunions quotidiennes.

Les premières décisions concernent les règles élémentaires d’hygiène que le chef et les nomades n’avaient pas respectées, puis ils secondent dans la mesure du possible l’administration du camp : appels, visites, colis de nourriture, etc... Ils deviennent vite indispensables au capitaine Leclercq qui les laisse faire...

Dans le même temps ils entreprennent de maîtriser leur temps, de maintenir leur condition physique et d’approfondir leur formation intellectuelle.

A la culture physique quotidienne, ils ajoutent des rencontres sportives dominicales malgré leur affaiblissement consécutif à la mauvaise qualité et à la faible quantité de nourriture.

La lecture individuelle (il y a au camp une bibliothèque créée par les internés que le chef de camp prend bien soin d’« enrichir » d’œuvres du Maréchal) est complétée par des cours de l’« Université populaire ».

Quant aux activités manuelles, soutenues par le chef de camp qui cherche à améliorer les conditions matérielles, elles sont prétexte à des scènes burlesques qui viennent s’ajouter aux autres temps de « loisir » : théâtre, chants, danses...

La remise de l’objet fabriqué par les menuisiers ou de l’équipement construit par les terrassiers est « solennisée » par des défilés, des discours .

Mais le moral dépend surtout des liens conservés avec l’extérieur, avec les familles, liens qui passent le plus souvent par le courrier. Ce dernier intéresse aussi les fonctionnaires du camp qui ne manquent jamais d’en donner la teneur dans leurs rapports, ils y recherchent des indices de complot et d’évasion

Si la révolte est difficile et vouée à l’échec par la présence proche de renforts de gendarmerie et de troupes allemandes, les évasions semblent davantage à la portée des internés, surtout en mai et juin 1941, alors que les effectifs gonflent rapidement et que la surveillance reste assez lâche. En juin, 13 détenus réussissent la « belle » dont 5 communistes, tous cadres du parti. Les évasions de R. Semat, L. Mauvais, J. Raynaud, E. Henaff et Fernand Grenier (ancien député, futur ministre) que les autorités françaises ne peuvent toujours expliquer, les conduisent à soupçonner l’existence de complicités entre des détenus et des gardiens. L’encadrement du camp, doit céder la place fin juin à une nouvelle équipe dirigée par Charles Moreau et Lucien Touya.

Ce sont cependant d’autres évènements qui entraînent la fermeture du camp au printemps 1942. Si les problèmes d’hygiène sont réels à Moisdon, c’est vraisemblablement l’évolution de la guerre et la crainte des Allemands de voir des regroupements d’indésirables trop proches du littoral et des coups de main alliés (raid sur Saint-Nazaire de mars 1942), qui les amènent à imposer la fermeture des deux camps.

La Forge et Choisel sont fermés au 15 mai 1942, et les internés dispersés dans des camps plus « spécialisés »

 Les collabos

Les internés partis, l’armée allemande réoccupe le camp qui devient une base logistique pour les troupes de passage. Parmi celles-ci il y a en 1943 et 1944 plusieurs groupes de nouvelles recrues, des jeunes et des moins jeunes, qui sont en France pour parfaire leur formation militaire avant de partir vers le front de l’Est. Ils occupent parfois les autres installations existantes comme celles du camp de Ruigné où ils séjournent plusieurs semaines.

Au moment de la libération, le 5 août 1944, le camp de Choisel est partiellement abandonné mais les besoins de l’épuration entraînent sa réouverture provisoire. Le sous-préfet Le Gorgeu, qui s’est placé sous l’autorité du commissaire de la République pour la Bretagne, y fait interner les collaborateurs les plus notoires avant de les transférer sur Rennes car Nantes et Angers restent momentanément sous le contrôle des Allemands.

Le camp est officiellement réouvert le 21 septembre 1944. A cette date les derniers FFI qui s’y étaient installés ont déjà quitté les lieux et des travaux sont immédiatement entrepris pour pouvoir accueillir plus d’un millier de détenus. Ceux-ci viennent de Loire-Inférieure et des départements voisins, de la région qui ne s’appelle pas encore « les Pays de la Loire ».

Dès l’ouverture du camp de nombreuses rumeurs circulent à Châteaubriant sur la nourriture abondante et des conditions de détention trop douces tolérées par le directeur du camp. Le Comité Local de la Libération et la section du PCF menacent à plusieurs reprises de manifester dans le camp pour y imposer une organisation plus décente, mais ce sont en juin 1945, plusieurs centaines d’anciens prisonniers et de déportés qui se présentent devant le camp. Si leurs délégués sont reçus par les autorités, ils ne sont cependant pas admis à vérifier par eux-mêmes le bien ou le mal fondé des rumeurs. C’est ce que font au contraire des inspections sanitaires venues de Nantes qui constatent un début de dysenterie et craignent le développement d’épidémies. Mais en cet été 1945, la vie quotidienne devient encore plus difficile malgré la fin de la guerre, les rations alimentaires baissent à Châteaubriant, la ration de viande des J 3 passe de 1000 grammes à 250 grammes par mois !

Peu à peu cependant le nombre de détenus diminue et la nouvelle municipalité de Châteaubriant fait tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher la pérennisation du camp qu’elle ne peut éviter. Dans les premiers jours de l’année 1946, Choisel passe sous le contrôle de l’administration pénitentiaire qui en fait une dépendance de la centrale de Fontevrault. Rapidement une centaine de détenus s’y retrouvent et les « politiques », anciens collaborateurs, y sont les plus nombreux. La pression de la municipalité, des propriétaires des terrains et du fermier chassé de chez lui depuis le 20 juin 1940, aboutit enfin à la fermeture du camp, effective à l’automne 1946. A ce moment les derniers prisonniers démolissent les baraques que l’administration pénitentiaire récupère, n’en laissant que deux ou trois exemplaires à la municipalité.

Les Castelbriantais soupirent, les barbelés placés en 1939 et 1940 disparaissent. La Carrière des fusillés et la Blisière deviennent des lieux de pèlerinage, seuls témoins d’une période d’exclusion et de mort ; sans oublier le passé, ils peuvent enfin se tourner vers l’avenir.

F. MACE, Octobre 2000, à l’occasion d’une exposition au Château de Châteaubriant

Document 1
Document 2
Document 3
Document 4
Document 5
Document 6
Document 7
Document 8
Documents 9 et 10

P.-S.

Plan general du site Resistance

Texte du livre "Telles furent nos jeunes annees", telechargeable ici : http://www.journal-la-mee.fr/IMG/pdf/LivreMee.pdf

Plan du livre

Index du livre

SPIP | [(|] | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0