[ ]
bandeau-articles
Accueil > Histoire > Quelques lieux > Le château renaissance

Le château de Châteaubriant

Le château renaissance

sommaire généralSommaire "Histoire"page précédente

 Ceci n’est qu’un schéma de visite

 Venir vers la Galerie Renaissance et Le Pavillon

La succession :

Françoise de Dinan

    • le double jeu de Françoise de Dinan et d’autres seigneurs bretons (Cardinal de Rohan, Maréchal de Rieux) avec le roi de France Charles VIII
      • le siège de Châteaubriant (1488) - La Trémoille
      • Françoise de Dinan, gouvernante d’Anne de Bretagne
      • Françoise de Dinan est morte en 1500
      • son fils François de Laval, mort en 1503
      • la baronnie de Châteaubriant revint alors à Jean de Laval qui se fiance avec Françoise de Foix en 1505 (il a 19 ans, elle a 11 ans)
        leur fille Anne naîtra en 1507
        Jean de Laval et F. de Foix se marieront en 1509

François 1er

      • 1515 : Marignan
      • Le roi Louis XII est mort, François d’Angoulême est devenu "François Premier", le roi Galant ou « François cœur de lion »
      • Histoire de la bague. Jean de Laval et Françoise de Foix sont à la cour de François 1er ; Françoise de Foix devient "la mye du roi" . Jean de Laval est couvert d’honneurs (Chef d’une compagnie d’ordonnance du Roi, gouverneur de Bretagne, etc)mais éloigné de la Cour. Il est fou de rage. Les amants s’affichent partout (Camp du Drap d’or en 1520)
      • 1525 , la bataille de Pavie, François Premier est prisonnier. Il sera libéré en 1526 abandonnant des terres à Charles Quint.

De retour à la Cour, la mère du roi, Louise de Savoie, lui jette dans les bras : Anne de Pisseleu" (qui a 18 ans) alors que Françoise de Foix a 31 ans .

1528 Françoise de Foix rentre chez elle. Histoire des joyaux fondus

1532 Début de la construction du Château Neuf
architecte : Delespine. Résolu comme Pihourt en ses hétéroclites, ré-utilisation de la muraille extérieure
- la galerie (côté Donjon) rejoignait sans doute l’actuelle galerie Renaissance
- Devise inscrite par Jean de Laval en 1538 :

 De Mal en bien, de bien en myeulx
Pour l’achever je devins vieulx

 Le Pavillon et la galerie Renaissance

    • gaucherie du Pavillon (voir les chapiteaux)
    • galerie
        • 21 arcades en plein cintre
        • portées par des colonnes doriques en schiste vert
        • jeu de la brique rouge et du schiste
        • sept fenêtres, et six frontons seulement
        • galerie "vrillée"

L’emploi du schiste, allié à la brique, confère à cet ensemble une polychromie insolite

 La Chambre de Françoise de Foix

        • on y accède par un escalier à vis en schiste
        • escalier circulaire dans une cage carrée
        • plafond en caissons carrés agrémentés de petits pendentifs
        • cheminée monumentale en bois, entourée de deux cariatides au corps de sirène
        • chambre pour un prince de sang royal
        • portes dérobées

La légende sur fond d’histoire

Francoise de Foix morte le 16 octobre 1537

      • faire voir son épitaphe (Clément Marot)
      • légende, fantôme
      • Jean de Laval mort le 11 février 1543 -
      • ses propriétés léguées au Connétable Anne de Montmorency

 Façade du château neuf

      • faire voir les pilastres décalés par rapport aux fenêtres du premier étage
      • niches en schiste bleu
      • lucarnes avec ornementation à l’italienne
      • fenêtres évoquant le château de Chambord

 L’escalier d’honneur

    • le péristyle d’entrée
      • dévié par rapport à l’axe de l’escalier
      • les piliers soutenant les colonnades ne sont pas à angle droit
      • colonnades en schiste, décor ionique
      • plafonds à caissons : pierre blanche et plafond en schiste bleu (ces caissons étaient bien nécessaires pour supporter le poids des plaques de schiste !)
      • marches en schiste
      • rampes sculptées dans la masse
      • paliers de repos
      • les chapiteaux sont ioniques à l’étage inférieur, corinthiens à l’étage supérieur
      • l’un d’eux comporte un petit amour en son tailloir, signe, dit-on, des compagnons bâtisseurs
      • autrefois les plafonds de cet escalier étaient dorés

 Armoiries

    • armoiries du rez de chaussée et de l’étage : "de lis sans nombre sur fond de gueules" (devise de Geoffroy IV, l’époux de Sibylle) + salamandres de François Premier
    • Au rez de chaussée la cordelière de Bretagne est l’insigne de la qualité de gouverneur de Bretagne donnée à Jean de Laval
    • Armes de la famille de Foix

A l’étage, l’Ecu de Châteaubriant (= fleurs de lys sans nombre sur champ de gueule)est entouré du Collier de l’Ordre de St Michel dont Jean de Laval était chevalier depuis 1518

  Monter jusqu’au balcon, belle vue sur le donjon
Redescendre vers la Salle des Gardes

    • salle "verte" (en raison de ses tentures) ou "salle des gardes" qui a abrité les gardes pendant la Révolution et servi de grenier militaire
    • 30 m de long, 10 m de large, 10 m de haut
    • faire remarquer l’épaisseur des murs
    • et la largeur de la cheminée monumentale (2 m de large)

- Passer dans les pièces au nord

    • la première avait une fresque au dessus de la cheminée, le lys symbolise la royauté qui renaît
    • voir l’épaisseur des murs
    • les plafonds en schiste des étroits passages reliant les pièces
    • faire admirer les cheminées au lourd manteau de schiste et le décor en schiste de l’encadrement des portes et fenêtres
    • WC à l’ancienne. Rappeler la pratique des chaises percées. Etymologie du mot "chiottes". Expression : "porte-coton"

 Monter à l’étage :

    • l’escalier en bois, refait comme autrefois - il y en avait un du même type au Prieuré de Béré
      • (escalier fortifié : tourne à droite)
    • la Bibliothèque et son décor de livres
    • la petite pièce intime : sa cheminée, son plafond chevillé
    • vue sur les jardins du château : "le bout du monde"
    • dans l’une des pièces : vue sur l’étang de la Torche

 Redescendre par la Salle des Gardes et sortir par l’escalier d’honneur.

    • voir le décor des fenêtres de la salle des Gardes : losanges pour les unes, carrés pour les autres
    • histoire de la plaque commémorative du 22 octobre 1941

Revenir par la tour nord, puis par l’esplanade située aux pieds du Donjon.

Sortir par la petite porte en schiste près du gros arbre

Anecdote de De Gaulle, venant à Châteaubriant . Trop grand pour passer par cette porte. Les services de sécurité ont demandé d’enlever le linteau de la porte. Refus des Monuments historiques. Solution trouvée : creuser le sol pour que "le Grand Charles" n’aie pas à baisser la tête

Pour terminer, on peut emmener les visiteurs faire un tour sur l’esplanade du château.

    • voir les tours anciennes (cela se remarque à l’étroitesse des archères) qui limitaient autrefois la "basse cour" du château, et qui ont servi de support pour l’édification du château-neuf . Les murs ont une épaisseur de 2,20 m
    • voir le décor d’ardoise des toitures
    • à la lucarne de la tour de Françoise de Foix : un buste de femme, tunique à gros plis, coiffure à templettes, sculpté dans une coquille. On dit retrouver là les traits de la châtelaine

Aller jusqu’au kiosque, descendre vers le Faubourg de Chécheux. Expression locale : Le Bout du Monde.

On peut remonter jusqu’au Pont de Chécheux et faire une promenade à pieds de l’autre côté de l’étang de la Torche.

Remonter ensuite vers la rue du Château, en passant aux pieds du Donjon et de la Chapelle.

    • La Chapelle : on en voit le pignon est
    • remarquer les latrines en encorbellement, le chemin de ronde, les machicoulis
    • autrefois la façade ouest du château était protégée par une douve
    • les maisons qui sont adossées au château n’ont été construites qu’après la Révolution française quand les gens de la ville ont pris possession des propriétés du Seigneur.
    • la Rue du Château s’appelait autrefois "Rue du Dos d’Ane", ce n’était qu’un étroit boyau entre les maisons. L’entrée principale de la ville se faisait par la rue de Rigale (Rigale, régalien : même racine que le mot : royal)
SPIP | [(|] | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0